Lev Matveev, pionnier de la périodisation de l’entraînement

Note de recherche réalisée par Théo MADEC GUILLOT

Lev Pavlovich Matveyev (1924-2006) est un théoricien russe de l’entraînement à l’origine de la conception des cycles d’entraînement, ou théorie de la périodisation.

Une jeunesse sous le signe de l’éducation physique et du sport

Originaire de Tver, Matveev accomplit sa scolarité de 1931 à 1941 à Petrovsk-Zabaïkalsky, en Transbaïkalie. Bénéficiant d’une éducation sportive, sa famille l’encourage à pratiquer et participer à des compétitions de gymnastique, de cyclisme et de tir. Son père Pavel Denisovich Matveev était commissaire divisionnaire de l’Armée rouge. Arrêté en 1937, il disparaît en 1939, du fait des répressions staliniennes. Sa mère, Anna Sergeevna Matveevna, décède en 1943. Obtenant un diplôme de pédagogie de l’institut pédagogique de Petrovsk-Zabaïkalsky, il y devient enseignant d’éducation physique. En parallèle, il entre en 1942 à la faculté d’histoire de l’institut de Tchita, juste avant d’être mobilisé. Modifiant sa date de naissance pour être plus rapidement engagé, il est d’abord, pendant un an, instructeur physique sur le front Trans-Baïkal (Sretensk). Il combat ensuite à Leningrad, où il est blessé à plusieurs reprises. Il est mobilisé également à Riga et Koenigsberg.

Une carrière complète à l’institut de Moscou

Démobilisé, il travaille d’abord comme inspecteur pour le comité de l’oblast de culture physique et de sport de Tchita tout en poursuivant ses études en cours du soir à la faculté d’histoire et de philosophie. Il reprend des études à l’Institut Central d’État de Culture physique de l’Ordre de Lénine de Moscou (désormais Université d’État de Russie de Culture physique, sport, Jeunesse et Tourisme, ou GTsOLIFK). Il entraîne en parallèle de ses études des gymnastes de divers clubs, dont celui de l’Institut médical d’État de Moscou (société sportive Medik de Moscou). Obtenant son diplôme avec mention en 1950, il poursuit ses études au sein du département de théorie et de méthodologie d’éducation physique où il présente son mémoire de second cycle (1955) « L’entraînement physique complet comme condition de la spécialisation sportive », sous la supervision du professeur A. D. Novikov[1], le directeur du département.

Il enseigne ensuite à l’institut tout en préparant sa thèse, non sans difficulté puisque son directeur, A.D. Novikov, est destitué de ses fonctions pendant plusieurs années pour des raisons idéologiques. Il défend une thèse en sciences pédagogiques. Il soutient son habilitation sur la périodisation de l’entraînement sportif en 1965, proposant une méthode pour amener les athlètes au sommet de leur forme au moment optimal. Pour cela, il analyse les résultats des athlètes soviétiques lors des derniers Jeux olympiques et championnats européens, ainsi que ceux de compétiteurs dans des pratiques « quantifiables » (athlétisme, haltérophilie, natation) et il compare leurs méthodes et plans d’entraînement avec leurs résultats.

Spécialiste de la théorie et de la méthodologie de l’éducation physique, il effectue ses recherches et enseigne à partir de 1967 jusqu’à la fin de sa carrière au département de théorie et de méthodologie d’éducation physique. De 1969 à 1975, il est responsable du laboratoire de recherche de l’institut et vice-président en charge des travaux scientifiques. Ses travaux qu’on peut qualifier d’empiriques se fondent principalement sur les travaux de L. Pihkala (balbutiements de la périodisation), H. Selye et I.P. Pavlov (effet du contexte sur les comportements). Ils l’amènent à définir des cycles d’entraînement spécifiques selon différentes temporalités, à la fois celles, des calendriers annuels, mais aussi olympiques , enfin, selon le cycle de vie des athlètes. Il produit des travaux qui modifient fondamentalement le mode d’entraînement des sportifs soviétiques à partir des années1960, théorisant et appliquant à l’entraînement l’organisation par cycle, pour identifier et optimiser les pics de forme des athlètes au moment de la compétition. Ses travaux sont alors particulièrement appréciés en Union soviétique en contribuant à élever le niveau de performance des athlètes. De 1975 et jusqu’à sa mort en 2006, il succède à A. Novikov à la direction du département de théorie et méthodes d’éducation physique. Il cumule en parallèle les fonctions de membre du comité de rédaction de plusieurs revues et de chef de la section du Conseil pour la coordination de la recherche pédagogique à l’Académie des sciences pédagogiques de l’URSS.

Un rayonnement international par la traduction et la collaboration avec les entraîneurs

Sa thèse est rapidement traduite dans la plupart des langues utilisées dans le bloc soviétique. Elle paraît d’abord en RDA grâce à J. Pottratz et A. Friedrich. La première traduction occidentale paraît en RFA en 1969. Elle est réalisée par l’entraîneur de lancer P. Tschiene. Une version révisée est publiée en allemand en 1971 par Arnd Krüger[2], professeur d’histoire du sport et champion d’Allemagne de l’Ouest de 1500 m. Ces parutions en allemand permettent, via les entraîneurs, la dissémination internationale de sa théorie. Il faut néanmoins attendre 1981 pour qu’en paraisse la première édition complète en anglais : The Fundamentals of Sports Training.

La première édition internationale complète de sa théorie, The Fundamentals of Sports Training (Les fondamentaux de l’entraînement sportif) est traduite et publiée en anglais, en 1981, par A. Zdornykh de la maison d’édition russe Progress Publishers. Cette maison d’édition, publiant en anglais, a pour objectif de partager à l’international la littérature et certains ouvrages soviétiques majeurs. Cette traduction anglaise accélère sa diffusion en occident, et la première version française paraît en 1983 (traduite par D. et J.R. Lacour[3], physiologue de l’exercice). En 2001, l’ouvrage était traduit dans plus de quarante langues. Pourtant, parce que le livre a été publié en Russie et non aux États-Unis, il n’y reçoit pas une large diffusion et la majorité des entraîneurs et athlètes américains continuent à apprendre la planification de l’entraînement à partir d’articles publiés dans des journaux professionnels.

La théorie qu’il a développé s’étend ensuite largement à d’autres sports et dans le monde entier, accompagnée par la dispersion des scientifiques et entraîneurs de l’URSS et de la RDA, suite à l’effondrement de l’URSS en 1989. Si ses travaux déclenchent la prise de conscience des Occidentaux de l’intérêt des travaux soviétiques pour l’organisation de leur entraînement, ils sont discutés à leur réception en Occident et qualifiés d’obsolètes. Interrogé sur sa traduction d’un des textes de Matveev, J.R. Lacour (physiologue de l’exercice lyonnais) reproche à ces travaux que leur véracité « fut occultée par un voile noir lié à l’empirisme des recherches soviétiques ». Ses travaux restent néanmoins le terreau des nombreuses autres théories de planification de l’entraînement.

Un auteur reconnu et distingué à tous les plans et par toutes les communautés

Matveev est distingué par l’État soviétique, puis russe, à plus de trente reprises, obtenant l’Ordre de l’Amitié des Peuples, l’ordre du Mérite pour la Patrie (1999) et d’autres distinctions patriotiques. Il est également décoré pour ses recherches scientifiques en éducation physique et en sport, obtenant le titre de scientifique émérite de la Fédération de Russie (1984) ou la médaille « Petr Lesgaft ». Il est également vice-président du Bureau de la Section de l’éducation physique et de la promotion du sport de l’association pansoviétique Znanie[4]. Aussi reconnu internationalement, il obtient le statut de docteur ès sciences de l’Université de Bratislava (1970), de docteur honoris causa de l’École supérieure allemande d’éducation physique en 1985 (RDA), ainsi qu’une haute distinction de l’Université de Sao Paulo du Brésil (1994). Il est décoré avant la chute du système soviétique de la médaille de « John Amos Comenius » en Tchécoslovaquie et d’une médaille pour services rendus en Bulgarie.

l’organisation de conférence (institut de recherche de Pékin, 1988) ou la création d’une collection monographique internationale d’ouvrages « Essais sur la théorie de la culture physique » (1984) avec la participation de spécialistes russes mais aussi bulgares, hongrois, allemands, polonais et tchécoslovaques. Les compétences de Matveev sont également saluées par la communauté sportive soviétique puisqu’il est successivement entraîneur de l’équipe nationale d’haltérophilie, membre du conseil des entraîneurs en chef du Comité des sports de l’URSS, du Comité national olympique, de l’Académie Olympique, président du Conseil d’État pour l’éducation physique et deux fois lauréat du prix du Comité des sports de l’URSS pour le meilleur travail de recherche dans le domaine de la culture physique et des sports en 1971 et 1979. Son rayonnement transparaît également à l’international puisqu’il est consultant sur les problèmes de l’entraînement olympique dans les pays proches de l’Union comme la RDA, la Bulgarie, Cuba ou la Chine, mais également le Brésil.

L. P. Matveev a écrit durant sa carrière plus de 300 publications : monographies, programmes, articles scientifiques… traduits dans plus de 40 pays, et est qualifié à ce titre d’être un des premiers auteurs universitaires sur l’éducation physique et les sports. Très apprécié par la communauté étudiante (selon les mots de Tae Kyun Kim au sujet de son ancien professeur « … Pour beaucoup d’entre nous, il était et reste un mentor spirituel ».), il aura dirigé plus de cent doctorants d’une trentaine de nationalités différentes tels que les experts serbes Srdjan Saric ou Bozo Bokan.

[1] Alexander Novikov – docteur en sciences pédagogiques, professeur, académicien de l’Académie des sports de combat, ancien combattant de la Grande Guerre patriotique, scientifique de renommée mondiale dans le domaine du sport, enseignant, athlète, membre de l’équipe nationale de lutte de l’URSS (1949-1951), maître des sports.

[2] A. Krüger, au-delà de ses performance sportives, ses responsabilités d’entraîneur et ses missions de préparation des équipes nationales et internationales,  a été professeur d’université en histoire du sport. Après des études de littérature anglaise aux États-Unis et un doctorat à l’Université de Cologne, il enseigne dans les Université d’Hambourg et Göttingen en continuant ses engagements sportifs et éditant plus de 40 ouvrages en langues internationales.

[3] Physiologue de l’exerciceUniversité Claude-Bernard, chercheur au Laboratoire de physiologie de l’exercice LIBM, retraité en 2008.

[4] Organisation publique et sa maison d’édition en charge de la diffusion des connaissances politiques, scientifiques et de l’éducation communiste pour la classe ouvrière.

Bibliographie principale :

Matveyev, L. P. « Periodization of Sports Training » Physical culture and sport, 1965. (russe)

Matveyev, L. P., Fundamentals of Sports Training, Moscou, Progress Publishers, 1981.

Matveyev L. P., Milstein O. A., Moltchanov S. W. « Spectator Activity of Workers in Sports ». International Review of Sport Sociology. 1980 ; 15, 2. p. 5-26.

Matveyev, L. P. « Modern Procedures for the Construction of Macrocycles ». Modern Athlete and Coach, 30, 1992. P. 32-34.

Sources :

Bourne, N., « La montée de la « lourde machine du sport rouge et l’avènement de la programmation journalière de l’entraînement moderne », Staps, vol. 114, no. 4, 2016, pp. 67-77, trad C. Vivier.
Krüger, A. « Bons baisers de Russie ? Soixante années d’expansion du concept de planification sportive de L.P. Matwejew », Staps, vol. 114, no. 4, 2016, pp. 51-59, trad. J. F. Loudcher.
Galina Utkina, « Lev Pavlovich Matveev : plus d’un demi-siècle en science du sport », Article, Blog SlO.RUN, Août 2019 (dmj. 4 fév. 2021)
Inconnu, « Au 95e anniversaire de Lev Pavlovich Matveev« , Article, Université d’État de Russie de Culture physique, sport, Jeunesse et tourisme, 2001, (dmj. 5 fév. 2021)
Inconnu, « Matveev LP Theory and Methods of Physical Culture. And professionally applied forms », Article, Kormeshka, 2019 (dmj. 5 fév. 2021)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search