Rencontre avec des chercheurs russes : Viktor Kotov

Viktor Kotov

Chercheur indépendant. Diplômé d’Université d’État de Moscou (2011) et de l’Université Masaryk (2015).

Quel est votre profil, quels sont les sujets de recherche que vous traitez ?

Viktor Kotov : Je travaille sur le mouvement Sokol dans les pays tchèques et l’Empire russe au XIXe et au début du XXe siècle. Je me penche sur l’émergence d’un mouvement « moderne » et analyse l’influence du Sokolisme sur la culture physique soviétique.

Quels sont les principaux travaux scientifiques que vous avez publié ?

V.K. : Un certain nombre d’articles sur le mouvement Sokol en Russie et dans les pays tchèques, notamment :

  • Victor Kotov, « Transfert culturel sud-slave-tchèque de l’image du faucon comme forme de représentation de la nation », Les hommes, les lions, les aigles et les perdrix… Représentations anthropomorphes et zoomorphes des nations et des États dans le discours culturel slave. Recueil d’articles savants, Moscou, Institut d’études slaves de l’Académie des sciences de Russie, 2020, p. 61-88. (Южнославянско-чешский культурный трансфер образа сокола как формы репрезентации нации // Люди, львы, орлы, куропатки… Антропоморфные и зооморфные репрезентации наций и государств в славянском культурном дискурсе. Сб. науч. статей. М.: Институт славяноведения РАН, 2020. С. 61-88.)
  • Victor Kotov, « Jan Hus, Hussites et « faucons » : instrumentalisation des événements du XVe siècle par les nationalistes tchèques et échos de leurs actions dans l’Empire russe (1862-1916) », Vox medii aevi, 2019, Vol. 2(5), p. 102-126. (Ян Гус, гуситы и «соколы»: инструментализация событий XV века чешскими националистами и отзвуки их акций в Российской империи, 1862–1916)
  • Victor Kotov, « Le mouvement Sokol et la traduction tchéco-russe », La traduction comme facteur de l’histoire culturelle interethnique. Russie – Slaves – Europe », Thèses et documents de la conférence scientifique internationale, 19-22 avril 2016, Moscou : Rudomino Book Center, 2016, p. 54-72. (Сокольское движение и чешско-русский перевод // Перевод как фактор межнациональной истории культуры. Россия – славяне – Европа. Тезисы и материалы международной научной конференции. 19–22 апреля 2016 г. М.: Центр книги Рудомино, 2016. С. 54-72.)
  • Victor Kotov, Počátky sokolského hnutí v Moskvě (konec 19. a počátek 20. století), Slovanský přehled, Revue dhistoire de lEurope centrale, orientale et du SudEst, Praha : Historický ústav AV ČR, 2016, číslo 2, p. 179-204.
  • Victor Kotov, « La sokol’stvo tchèque à la veille et au début de la Première Guerre mondiale », World War I and the Fate of the Peoples of Central and Southeastern Europe : Essays on History, Moscou, Institut d’études slaves de l’Académie des sciences de Russie, 2015. p. 307-326. (Чешское сокольство накануне и в начале Первой мировой войны // Первая мировая война и судьбы народов Центральной и Юго-Восточной Европы: очерки истории. М.: Институт славяноведения РАН, 2015. С. 307–326).

Quels sont les projets en cours ?

V.K. : Je suis en train de réaliser une thèse de doctorat sur le mouvement Sokol tchèque en 1861-1871.

Comment avez-vous commencé à vous intéresser au thème du sport et de la culture physique ?

V.K. : Les principaux facteurs étaient l’expérience personnelle dans les pratiques sportives, notamment le jeu amateur de football américain et l’intérêt pour l’histoire culturelle. Le choix du mouvement Sokol était lié à l’orientation de mes études vers l’histoire de la région de Bohême.

Sur quelles sources vous appuyez-vous dans vos recherches ? Y a-t-il des particularités dans la méthodologie ?

V.K. : Tout d’abord, j’utilise des périodiques, qui constituent une sorte de « mur porteur » de la culture (moderne) dans la période précédant la diffusion de la radio, ainsi que les matériaux des archives russes et tchèques et tout autre type de sources nécessaires à la résolution de tâches spécifiques. Dans mes travaux, j’essaie, d’une part, d’étudier le sport en tant que phénomène culturel spécifique et, d’autre part, de le relier au processus de modernisation (industrialisation, sécularisation, émancipation féminine, diffusion des valeurs du nationalisme et de l’égalitarisme, établissement du principe de la représentation politique, etc.).

Quels chercheurs vous ont le plus inspiré dans l’étude des questions sportives ?

V.K. : Lorsque j’étais étudiant, le livre de Robert Edelman Serious fun Une histoire des sports spectaculaires en URSS a été pour moi la première confirmation de la possibilité d’une étude scientifique de l’histoire du sport. Parmi les auteurs les plus intéressants traitant du mouvement Sokol, je compte Claire Nolte et Petr Roubal.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search