Rencontre avec des chercheurs russes : Lidia Lesnykh

L’équipe du projet vous propose une interview de Lidia Lesnykh, chercheuse russe soutenant prochainement sa thèse « Le sport international universitaire de 1923 à 1999, entre pacifisme et influence française », préparée à l’Université de Lausanne.

Quel a été le déroulé de ton parcours universitaire ?

L.L.: Mon parcours pourrait être qualifié d’assez atypique ! Après le baccalauréat, je suis entrée à l’Université d’État de Russie d’éducation physique, sport, jeunesse et tourisme à Moscou. J’ai suivi une formation liée au management de la récréation, mais à l’obtention du diplôme, je n’avais que 19 ans. Je ne savais pas réellement quoi en faire du fait de sa polyvalence : ni éducation physique, ni tourisme… J’ai alors découvert le Collège universitaire français de Moscou qui donnait la possibilité d’étudier en France. Ayant le projet de poursuivre la formation avant d’entamer ma vie professionnelle, j’ai saisi opportunité : j’ai appris le français à la maison et j’ai candidaté pour être finalement admise en 2012.

J’ai commencé mes études françaises à la faculté d’histoire de l’Université Paris X Nanterre, en 2014, grâce à une bourse destinée aux étudiants étrangers. J’ai continué à travailler sur la thématique du tourisme dans mes travaux de recherche de master. Cela consistait à analyser les échanges culturels soviétiques, notamment les voyages touristiques des Français à Moscou durant le Dégel. A la fin de cette année, je souhaitais poursuivre mon cursus en France, mais en changeant l’objet de mes recherches. J’ai alors pris contact avec Sylvain Dufraisse, historien du sport qui avait enseigné au collège de Moscou juste avant mon entrée. Il m’a conseillé de m’inscrire en 2e année de Master STAPS, ce que j’ai fait.

Lors des travaux de recherche du Master 2, toujours à l’Université de Nanterre, j’ai traité l’histoire de l’influence soviétique par le sport en Afrique. J’ai donc fait mon mémoire sur la présence soviétique et les échanges culturels liés au sport en Afrique, en interrogeant quels avaient été les investissements dans les installations sportives, les circulations d’entraîneurs, etc.

Quel ont alors été les déclencheurs de ton travail sur le sport universitaire ?

L.L.: Même si je suis arrivée jusqu’à un certain niveau de gymnastique rythmique et que le sport a déterminé le début de mon parcours universitaire, je ne pense pas que je voulais travailler dans le milieu de l’encadrement. J’ai beaucoup plus investi dans les études que dans le sport.

Le point d’accroche s’est fait par hasard, durant un stage que j’ai réalisé en parallèle de l’année de Master STAPS. J’habitais alors à la Cité universitaire de Paris et les bureaux du comité régional du sport universitaire d’Île de France étaient juste à côté. J’ai pris contact avec cette organisation pour me renseigner sur l’opportunité de faire un stage et cette postulation informelle a eu une suite favorable. C’est comme ça que j’ai découvert ce milieu et pu me rendre compte de l’écosystème du sport universitaire international, et remarquer qu’il existait très peu de travaux à ce sujet.

A la fin du Master je me suis rendue à la soutenance de thèse de Sylvain Dufraisse où j’ai rencontré alors Patrick Clastres, historien spécialisé dans le monde du sport et de l’olympisme. Au fil de la discussion sur ses travaux, il m’explique alors qu’il travaille à Lausanne et qu’il serait envisageable de faire une thèse à l’Institut des sciences du sport si une opportunité de financement se présente. J’ai réussi à obtenir la bourse de la Confédération suisse et déménagé à Lausanne. Malgré mon projet initial de faire thèse en cotutelle, certaines formalités administratives n’étaient pas favorables à ce projet. Cela fait maintenant 3 ans et demi que je suis en Suisse, et la soutenance de ma thèse est prévue en juin.

Pourrais-tu nous en dire un peu plus sur ton sujet de thèse ?

L.L.: Ma thèse porte sur l’étude du mouvement sportif universitaire au niveau international entre 1919 et 1961. J’y analyse comment les aspects politiques, les relations diplomatiques, les échanges sociaux, culturels et personnels ont influencé le sport universitaire international. Je mets en lumière dans ce travail les enjeux politiques qui se trouvent derrière les travaux d’intégration de l’URSS et de ses satellites à la FISU en 1959.

Le premier enjeu se situe dans la réaction à la concurrence que la FISU fait à l’Union internationale des étudiants, organisation communiste qui organise les Jeux mondiaux universitaires depuis 1947. Ces jeux, terrain de la propagande communiste, assoient la domination du sport universitaire international par l’URSS. Ils sont également le lieu d’essai et de préparation des jeunes athlètes soviétiques dans le sport international à travers un programme d’événements sportifs internationaux offrant aux athlètes d’élite une arène autonome de compétition internationale.

L’apparition de la FISU en 1949 se fait en réaction à cette politisation des Jeux mondiaux. La FISU ambitionne de créer un nouvel espace de compétition et de coopération sportive universitaire apolitique. Entre 1949 et 1959, les deux institutions organisent des événements sportifs concurrents qui divisent la communauté sportive universitaire, bien que leurs buts et objectifs ne soient pas les mêmes. En 1959, six pays du bloc soviétique demandent alors en même temps à intégrer la FISU : les deux événements sportifs se réunissent alors pour former les Universiades.

Ensuite, j’ai pu remarquer que le déploiement des représentants soviétiques au sein de l’institution participe à une stratégie de politisation de la FISU. Progressivement, les associations des pays soviétiques négocient des places dans le comité exécutif, jusqu’à aboutir à l’organisation de l’Universiade de Moscou en 1973, événement qui participe à l’obtention des Jeux Olympiques de 1980. L’Union soviétique a finalement exploité le sport universitaire comme un double outil de diplomatie et de formation de ses jeunes athlètes.

Quels seront alors tes projets personnels après ta soutenance de thèse ? 

L.L.: Je souhaiterais poursuivre une carrière académique, pourquoi pas à l’étranger. La mobilité est toujours appréciée à la suite d’une thèse, d’autant plus que je suis une nature curieuse et si j’ose dire cosmopolite. Mais l’opportunité de travailler dans les organisations internationales m’intéresse également. J’encourage vivement tous les étudiants et jeunes chercheurs à internationaliser leurs parcours, c’est une superbe opportunité qui permet de construire de nombreux liens et d’élargir leurs horizons intellectuels.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search