Hiver 1980. Des Canaris à Tbilissi

La présente note de recherche est tirée d’un mémoire de master 2 en histoire contemporaine : Les contacts Est-Ouest à travers le sport durant la Guerre froide. Le parcours européen du FC Nantes face à des équipes de l’Est (1974-1980). Un mémoire réalisé sous la direction de Stanislas Jeannesson et soutenu à l’Université de Nantes en juillet 2020.

 

Par Thomas BERNARD

La création des compétitions européennes de football dans les années 1950-1960 marquent un tournant pour la popularité de ce sport à l’échelle continentale et dopent l’établissement de rencontres aux quatre coins de l’Europe. Le football de club prend alors une nouvelle dimension, d’autant plus importante que ces nouveaux tournois sont largement médiatisés.

Dans les villes concernées, les rencontres continentales suscitent beaucoup d’engouement. En mars 1980, le FC Nantes (FCN) se déplace en Union soviétique pour affronter le Dynamo Moscou dans le cadre des quarts de finale de la Coupe d’Europe des vainqueurs de Coupe. En dehors des enjeux strictement sportifs pour le FCN, les rencontres européennes du FC Nantes sont l’occasion pour la mairie de Nantes d’établir des liens culturels, politiques et économiques avec ses homologues étrangers.

En pleine période de Guerre froide, les oppositions Est-Ouest organisées dans le cadre des coupes d’Europe de football sont particulièrement intéressantes à analyser, la confrontation sportive entre les deux équipes permettant de souligner le rôle international de la municipalité nantaise mais aussi la façon dont le football a pu contribuer à l’appropriation locale des enjeux inhérents à la Guerre froide. En raison, des températures hivernales dans la capitale moscovite et de la présence d’athlètes pour visiter les infrastructures des prochains Jeux olympiques, la partie sur sol soviétique est délocalisée à Tbilissi. Or, la ville géorgienne possède déjà un lien privilégié avec Nantes, puisque les deux municipalités sont unies par un jumelage depuis septembre 1978[1]. De fait, la rencontre délocalisée de coupe d’Europe est l’occasion de retrouver Tbilissi pour le maire de Nantes, Alain Chénard[2]et plus largement entraîne des circulations diverses Est-Ouest entre la Cité des Ducs et l’Union soviétique.

Dans le cadre de cette note de recherche nous allons nous concentrer essentiellement sur les interactions de la délégation nantaise[3] avec la ville de Tbilissi au cours de ce déplacement en terre soviétique. Deux questions sont posées : Quelles ont été les circulations en marge de la rencontre du FC Nantes ? Quel processus est mis en place par la municipalité nantaise pour initier des interactions ?

Cette notice est construite à partir du dépouillement de plusieurs sources locales permettant de comprendre les tensions issues de la Guerre froide ancrées dans des réalités locales. De facto, nous avons privilégié l’étude des archives municipales[4] et départementales[5]. Dans ce cadre, nous nous sommes principalement intéressés aux fonds consacrés à la presse régionale[6], au dossier de jumelage[7] et aux correspondances  municipales[8] évoquant la rencontre du FC Nantes à Tbilissi.

Le lancement de la Coupe des clubs champions européens en 1955 par l’Union des associations européennes de football (UEFA) – fondée sur une idée formulée par le quotidien sportif français L’Équipe[9]  –, marque un tournant pour la popularité de ce sport à l’échelle continentale. Le football de club prend alors une nouvelle dimension et, dans les (nombreuses) villes concernées, les rencontres continentales suscitent, au fil des années, un fort engouement, et ce d’autant plus que rapidement, d’autres compétitions s’additionnent à la Coupe des champions. Ainsi, en 1961 c’est la Coupe des vainqueurs de Coupe qui est inventée et, dix ans plus tard, l’UEFA reprend l’organisation de la Coupe des villes de foires, rebaptisée Coupe UEFA.

Tout au long de la Guerre froide, le FC Nantes – qui compte parmi les meilleurs clubs français durant toute cette période – participe à de nombreuses campagnes européennes et, à quelques occasions, traverse le Rideau de fer. C’est en particulier le cas lors de l’hiver 1980 où les Canaris affrontent le Dynamo Moscou. En février 1980, soit un mois avant son départ pour la Géorgie – la partie soviétique étant délocalisée à Tbilissi –, Alain Chénard est sollicité par une organisation non gouvernementale[10] : Amnesty International. Depuis les années 1970, Amnesty mobilise les rencontres sportives pour mettre en lumière ses luttes pour le respect des droits humains, comme c’est par exemple le cas lors du Mundial 1978 organisé en Argentine[11], lorsque l’ONG dénonce les tortures envers les opposants du régime de Videla[12]. Amnesty International demande ainsi au maire nantais de se renseigner sur la situation des prisonniers et des activistes politiques en Union soviétique et tout particulièrement au sort réservé à Valentina Serapiovna Pailodze, militante géorgienne des droits de l’Homme, prônant la liberté religieuse et opposante au régime soviétique[13]. Jean-Paul Vallier, secrétaire d’Amnesty International[14], explique à Alain Chénard, que ce déplacement à Tbilissi constitue une excellente opportunité pour s’enquérir de la situation de Valentina Serapiovna Pailodze, auprès de son homologue géorgien[15].

Avant d’arriver à Tbilissi, le maire nantais fait néanmoins une escale à Moscou pour y rencontrer l’ambassadeur français et discuter du sort des prisonniers politiques[16]. Lorsque le premier fonctionnaire municipal foule le sol géorgien, il est immédiatement accueilli par son homologue de Tbilissi Gouram Gabounia. Les deux hommes se côtoient tout au long du séjour de la délégation nantaise en Géorgie et la situation de Pailodze est assurément l’un des principaux sujets de conversation – Gabounia informant Alain Chénard  de la libération de l’opposante politique. De plus, il est indiqué au Maire de Nantes que la ville de Tbilissi s’est permise de restaurer la maison de Pailodze en son absence.[17]

La rencontre du FC Nantes face au Dynamo Moscou dépasse donc le simple cadre sportif et devient un enjeu de la politique internationale de la municipalité. Les contacts entre les deux administrations permettent ainsi d’établir des liens interculturels et économiques[18]. Durant ce séjour géorgien, le discours municipal est orienté sur la coopération culturelle, Alain Chénard négociant également avec des producteurs géorgiens pour obtenir des vins pour la foire internationale de Nantes organisée en avril 1980[19].

L’équipe du FC Nantes arrive le 2 mars 1980 en Union soviétique, accompagnée de ses partisans les plus fidèles. Il faut dire qu’en ce début des années 1980, de plus en plus de fans des clubs d’Europe de l’Ouest voyagent avec leur équipe aux quatre coins de l’Europe. Les supporters des Jaune et Vert participent donc au périple soviétique de leurs footballeurs. Après leur escale moscovite, les Nantais sont chaleureusement accueillis par les habitants de Tbilissi[20]. Les supporters nantais en vadrouille sur les rives de la Koura[21] sont salués par les Géorgiens, une proximité qui semble facilitée par les liens de jumelage entre les deux villes[22]. Grâce à la gratuité des taxis mis à leur disposition, les Nantais visitent le moindre recoin de la cité géorgienne, découvrant ainsi le patrimoine local[23]. Outre l’établissement d’hypothétiques relations culturelles voire personnelles, ce voyage participe également à l’établissement d’un tourisme sportif autour des rencontres de football, processus qui ne va cesser de s’amplifier dans les années à venir.

Le séjour nantais en terre géorgienne a permis de développer les liens que le jumelage à initier. Outre des enjeux économiques et culturels, Alain Chénard, joue un rôle international et humanitaire en marge de la rencontre sportive et soutient la cause des dissidents. Par l’intermédiaire de son maire, la municipalité nantaise a tiré profit du parcours européen du FC Nantes sur le plan international. Le déplacement en Union soviétique est l’un des exemples de l’activité internationale de l’administration Chénard, promouvant par la même occasion sa ville[24].

Cette note de recherche s’est focalisée sur les diverses interactions Est-Ouest à Tbilissi. Pourtant, le déplacement du FC Nantes n’a pas été soutenu par toute la population, une partie d’entre elle réclamant un boycott de la rencontre[25], rappelant ici localement un contexte global de contestation vis-à-vis des futurs Jeux de Moscou[26]. L’exemple nantais démontre bien que le sport est un vecteur de rapprochement entre deux villes jumelées et qu’à ce titre, les compétitions sportives intègrent les enjeux internationaux des politiques municipales. En suivant les propositions d’étudier la « Guerre froide vue d’en bas [27]», l’analyse des à-côtés des rencontres des clubs de football[28] lors des Coupe d’Europe apparaît donc comme un laboratoire particulièrement intéressant des interactions Est-Ouest notamment à l’échelle locale tout autant qu’elle interroge sur les multiples ressorts de la diplomatie sportive.

Bibliographie :

  • Philippe Buton, Olivier Büttner et Michel Hastings (dir.), La Guerre froide vue d’en bas, Paris, CNRS Éditions, 2014.
  • Benoît Caritey (dir), Les Politiques au stade. Étude comparée des manifestations sportives du XIXe siècle au XXIe , Rennes, Presse Universitaire de Rennes,2007.
  • Denis Chaumier, La légende du FC Nantes 1943-2018 : 75 ans d’Histoire, Paris, Hugo Sport, 2017.
  • Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La coupe est pleine Videla ! », Le Mouvement Social, vol.230, n°1, 2010, p. 27-46.
  • Mathieu Gilabert, « Diplomatie culturelle et diplomatie publique : des histoires parallèles ? », Relations Internationales, vol.169, n°1, 2017, p. 11-26.
  • Olivier Le Noé, « Le football, enjeu local », Pouvoirs, vol. 101, n°2, 2002.
  • Juan Antonio Simon, « L’homme de l’ombre. Raimundo Sapporta et le basket espagnol et européen », dans Fabien Archambault, Loïc Artiaga, Gérard Bosc (dir.), Le continent basket. L’Europe et le basket-ball au XXe siècle, Bruxelles : Peter Lang, 2015, p. 215-231.
  • Philippe Vonnard, La genèse de la Coupe des clubs champions.Une histoire du football européen (1920-1960), Neuchâtel, CIES, 2012.
  • Philippe Vonnard , « From Mitropa Cup to UEFA Cup: the role of UEFA in the establishment of a European scale in football, 1927–1972 », Soccer & Society, vol. 20, n°7-8, 2019, p. 1025-1040.
  • Manfred Zeller, « « Our Own Internationale », 1966: Dynamo Kiev Fans between Local Identity and Transnational Imagination », Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, vol.12, Issue 1, 2011, p. 53–82.

[1]« 22 mars 2015 : 40 ans de jumelage avec Tbilissi », mairie de Sarrebrück, http://www.saarbruecken.de/fr/mairie/jumelages/40_ans_de_jumelage_avec_tbilissi , (consulté le 31 mai 2019).

[2]Maire de Nantes  entre 1977 et 1983. Sous son mandat, il impulse impulse une politique jumelage avec des villes européennes, révélatrice d’une volonté pacifique à l’échelle continentale.

[3]La municipalité emmenée par Alain Chénard mais aussi les supporters qui effectuent le déplacement.

[4]Centre des archives municipales de Nantes.

[5]Centre des archives départementales de Loire-Atlantique.

[6]Archives municipales de Nantes, 26PRES32, Ouest-France ; Archives municipales de Nantes, 24PRES86, Presse Océan ; Archives municipales de Nantes, 25PRES115, L’Éclair.

[7]Archives municipales de Nantes, 147W84, 147W85, dossier de jumelage Nantes – Tbilissi.

[8]Archives départementales de Loire-Atlantique, 283J32, 283J33, 283J77, correspondance générale.

[9]Philippe Vonnard, La genèse de la Coupe des clubs champions.Une histoire du football européen (1920-1960), Neuchâtel, CIES, 2012.

[10]O.N.G

[11]Un mondial décrié à cause de la politisation de l’événement par le régime autoritaire de Videla Gabriel Contamin et Olivier Le Noé, « La coupe est pleine Videla ! », Le Mouvement Social, vol.230, n°1, 2010, p. 27-46.

[12]En France, Amnesty lance le slogan suivant : « Lorsque vous applaudirez le onze de France, les acclamations couvriront les bruits des personnes que l’on torture ».

[13]Archives départementales de Loire-Atlantique, 283J33, Fond Alain Chénard, Correspondances, « Lettre de Monsieur Chénard destinée à des associations humanitaires », 25 mars 1980.

[14]La section française.

[15]Archives départementales de Loire-Atlantique, 283J77, Fond Alain Chénard, Correspondances, « Lettre de Jean-Paul Vallier à Monsieur le Maire », 5 février 1980.

[16]Archives départementales de Loire-Atlantique, 283J33Fond Alain Chénard, op.cit.

[17]Idem.

[18]Mathieu Gilabert, « Diplomatie culturelle et diplomatie publique : des histoires parallèles ? », Relations Internationales, Presse Universitaire de France, n°169, 2017, p. 11.

[19]Archives Municipales de Nantes, 26PRES32, Ouest-France, Guy Donnart,« L’aventure européenne du FC Nantes » , édition du 4 mars 1980, page II des sports.

[20]Archives municipales de Nantes, 25PRES115, L’ Éclair, Denis Roux, « 85 000 géorgiens pour les Canaris », p.14.

[21]Fleuve d’Asie qui s’écoule d’ouest en est entre le Caucase proprement dit et le petit Caucase.

[22]Archives municipales de Nantes, 26PRES32, Ouest-France, Guy Donnart, « L’aventure européenne du FC Nantes », édition du mercredi 4 mars 1980, p. II  des sports.

[23]Archives municipales de Nantes, 26PRES32, Ouest-France, Guy Donnart, « Thierry (Tusseau), luron de la soirée »,  édition du jeudi 6 mars 1980, p. III des sports.

[24]Olivier Le Noé, « Le football, enjeu local », Pouvoirs, vol. 101, n°2, 2002 , p.33.

[25]Archives départementales de Loire-Atlantique, 283J33Fond Alain Chénard, Correspondances, « Lettre de Monsieur Chénard destinée à Monsieur et Madame Bouin », 22 février 1980.

[26] Archives départementales de Loire-Atlantique, 283J33Fond Alain Chénard, Correspondances, « Lettre de Monsieur Chénard destinée à Monsieur et Madame Bouin », 22 février 1980.

[27]Philippe Button, Olivier Bütnner et Michel Hastings (dir.), La Guerre froide vue d’en bas, Paris, CNRS Éditions, 2014.

[28]On peut élargir à tous les sports collectifs notamment le basketball.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search