Rencontre avec des chercheurs russes : Igor Orlov

Igor Orlov est docteur d’État en sciences historiques, professeur, chef adjoint du département de politique et de gestion, faculté des sciences sociales, Université nationale de la Recherche – École supérieure d’économie (HSE, Moscou)

Dernier ouvrage : Orlov I.B., Popov A.D., Le bouleversement olympique : la modernisation soviétique oubliée, Moscou, Maison d’édition de l’École supérieure d’économie, 2020. 455 p.

Quel est votre profil, quels sont les sujets de recherche sur lesquels vous travaillez ?

Igor Orlov : Je me positionne comme un spécialiste de l’histoire politique, économique et sociale de l’URSS du XXe siècle. Les principaux sujets de recherche au cours des cinq dernières années ont abordé, dans le cadre soviétique, le tourisme national et international, les Jeux olympiques, la nouvelle politique économique, l’histoire des services soviétiques.

Quels sont les principaux travaux scientifiques que vous avez publié ?

I.O. : Si l’on parle des monographies depuis les années 2000, la liste est la suivante :

  • Livschine A., Orlov I., Pouvoir et société : dialogue en lettres, Moscou, ROSSPAN, 2002. 208 p. (Лившин A., Орлов И., Власть и общество: диалог в письмах. М.: РОССПЭН, 2002. 208 с.).
  • Orlov I.B., Pakhomov S.A., « Les capitalistes déguisés » lors de la fête du NEP, Moscou, Sobranie, 2007. 159 p. (Орлов И.Б., Пахомов С.А. «Ряженые капиталисты» на нэповском «празднике жизни». М.: Собрание, 2007. 159 с.)
  • Orlov, I.B., Yurchikova, E.V., Le tourisme de masse dans la vie quotidienne de l’époque de Staline, Moscou, ROSSPEN ; Fondation Centre présidentiel Eltsine, 2010. 224 p. (Орлов И.Б., Юрчикова Е.В. Массовый туризм в сталинской повседневности. М.: РОССПЭН; Фонд «Президентский центр Б.Н. Ельцина», 2010. 224 с.)
  • Orlov Igor, La vie quotidienne soviétique : aspects historiques et sociologiques, Moscou, Université d’État Higher School of Economics, 2010. 317 p. (Орлов И.Б. Советская повседневность: исторический и социологический аспекты становления. М.: Изд. дом Гос. ун-та – Высшей школы экономики, 2010. 317 с.)
  • Orlov Igor, Markosyan G.M, La corruption et la lutte contre celle-ci dans les années de la nouvelle politique économique soviétique, Moscou, Principium, 2011. 200 p. (Орлов И.Б., Маркосян Г.М. Взятка и борьба с ней в годы нэпа. М.: Принципиум, 2011. 200 с.)
  • Orlov Igor, « L’homme historique » dans le système de la connaissance humanitaire, Moscou, Maison d’édition de l’École supérieure d’économie, 2012. 192 p. (Орлов И.Б. «Человек исторический» в системе гуманитарного знания. М.: Изд. дом Высшей школы экономики, 2012. 192 с.)
  • Orlov Igor, « Le pays communal » : logement et services communaux soviétiques (1917-1941), Moscou, Maison d’édition de l’École supérieure d’économie, 2015. 336 p. (Орлов И.Б. «Коммунальная страна»: становление советского жилищно-коммунального хозяйства (1917–1941). М.: Изд. дом Высшей школы экономики, 2015. 336 с.)
  • Orlov Igor, Popov A.D, À travers le rideau de fer. Russo-touristo : le tourisme extérieur soviétique, 1955-1991, Moscou, Maison d’édition de l’École supérieure d’économie, 2016. 351 p. (Орлов И.Б., Попов А.Д. Сквозь «железный занавес». Руссо-туристо: советский выездной туризм, 1955-1991. М.: Изд. дом Высшей школы экономики, 2016. 351 с.)
  • Orlov I.B, Popov A.D., À travers le rideau de fer. Regardez l’URSS ! Les touristes étrangers et le fantôme des villages Potemkine, Moscou, Maison d’édition de l’École supérieure d’économie, 2018. 485 p. (Орлов И.Б., Попов А.Д.Сквозь “железный занавес”. See USSR! Иностранные туристы и призрак потемкинских деревень. М.: Изд. дом Высшей школы экономики, 2018. 485 с.)
  • Orlov I.B., Popov A.D., Le bouleversement olympique : la modernisation soviétique oubliée, Moscou, Maison d’édition de l’École supérieure d’économie, 2020. 455 p. (Орлов И.Б., Попов А.Д.Олимпийский переполох: забытая советская модернизация. М.: Издательский дом НИУ ВШЭ, 2020. 455 с.)

Quels sont les projets en cours ?

I.O. : Je participe actuellement à la rédaction de chapitres et de parties d’une histoire de la Russie en plusieurs volumes, préparée par l’Institut d’histoire russe de l’Académie des sciences de Russie, ainsi qu’à une histoire de la Russie moderne en quatre volumes.

Je travaille également à un livre sur l’histoire du journalisme politique pendant le Dégel.

Comment avez-vous commencé à vous intéresser au thème du sport et de la culture physique ?

I.O. : Dès le début, mon intérêt pour l’éducation physique et le sport a été lié aux problèmes du tourisme national (Société de tourisme et d’excursions prolétariennes) et du tourisme international (échanges sportifs, etc.).

Quelle sont les aspects du sujet qui vous intéressent le plus ?

I.O. : Les aspects internationaux du sport (sport et diplomatie olympique) m’intéressent le plus. Mon intérêt pour les Olympiades 80 a été stimulé, entre autres, par les problèmes de recherche du projet de modernisation soviétique durant les années 1970.

Sur quelles sources vous appuyez-vous dans vos recherches ?

I.O. : Dans nos études sur l’histoire des échanges sportifs internationaux en général et des Jeux olympiques de 1980 en particulier, mon collègue et moi utilisons une base de sources assez large comprenant à la fois des documents d’archives des administrations et du parti (fonds de GARF, RGASPI, RGANI et archives régionales y compris le matériel des sociétés sportives), et sur des sources civiles, y compris d’origine personnelle : matériel des médias, films et dessins animés, chansons, anecdotes et rumeurs, mémoires et souvenirs de contemporains de ces événements, affiches, timbres, etc.

Y a-t-il des particularités dans la méthodologie ?

I.O. : Oui, étant donné que les échanges sportifs et les méga-événements (championnats du monde et Jeux olympiques) s’inscrivent dans le contexte des relations internationales, diverses approches méthodologiques issues des sciences humaines et sociales sont utilisées : le “modèle des ressources du succès” ; la considération des activités sportives comme un canal de communication spécifique et un champ de lutte géopolitique ; la compréhension du sport international comme un outil de soft power ; la considération des Jeux olympiques comme un exemple classique de “méga-événements”, etc.

Quels chercheurs vous ont le plus inspiré dans l’étude des questions sportives ?

I.O. : Si nous parlons d’auteurs russes, il s’agit tout d’abord du merveilleux livre de Mikhail Prozumenshchikov, Grand sport et grande politique (Moscou 2004) (Прозуменщиков Михаил, Большой спорт и большая политика, Москва, 2004). En outre, il est nécessaire de mentionner la collection fondamentale de documents « Cinq anneaux sous les étoiles du Kremlin : une chronique documentaire des Jeux olympiques de Moscou de 1980 » (Пять колец под кремлевскими звездами: Документальная хроника Олимпиады-80 в Москве) éditée par N.G. Tomilina (Moscou, 2011) avec un commentaire très complet et informatif de T.Y. Konova et M.Y. Prozumenschikov, qui est une étude indépendante.

Quant aux chercheurs étrangers, je citerai les publications suivantes :

  • Riordan J. Sport, Politics, and Communism. New York: Manchester University Press, 1991.
  • Senn A.S. Power Politics and the Olympic Games. A History of the Power Brokers, Events, and Controversies that Shaped the Games. Champaign: Human Kinetics, 1999.
  • Roche M. Mega-events and modernity: Olympics and expos in the growth of global culture. London: Routledge, 2000.
  • Sarantakes N.E. Dropping the torch: Jimmy Carter, the Olympic boycott, and the Cold War. Cambridge, 2011.
  • Donos M. Communicating sport mega-events and the soft power dimensions of public diplomacy: Thesis MA degree in Communication. Canada: Ottawa, 2012.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search