Avksenty Puni, sportif fondateur de la psychologie du sport soviétique

© publ.lib.ru/

Note de recherche

Réalisée par Théo MADEC GUILLOT

Avksenty Cezarevich Puni (1898–1986) est considéré comme un « patriarche soviétique » de la psychologie du sport. Sportif se spécialisant dans la psychologie, il contribue à développer la discipline à l’Institut Lesgaft de Leningrad tout au long de sa carrière et à son essor en Union soviétique. Reconnu à l’international, les craintes politiques limitent ses déplacements en dehors de l’URSS.

Sportif et psychologue

Né à Vyatka (Russie), A. C. Puni, fils d’une riche famille de dentiste, grandit avec une éducation littéraire (études des langues classiques et anciennes, de la littérature, des arts…) et sportive (pratiquant de football, athlète, gymnaste, pongiste…). Il crée d’ailleurs à 16 ans une association d’amateurs de sport dans sa ville d’origine. Entrant à l’Université de Perm (1917) étudier la médecine, il les avorte pour rejoindre le front au sein de l’Armée rouge jusqu’en 1923. À la fin de la guerre, il prend le poste d’organisateur des activités physiques et sportives du Conseil provincial d’éducation physique de sa ville natale. Cette expérience couplée à sa passion pour le sport lui font développer un intérêt pour la psychologie, l’entraînement et de la performance. Il y débute des recherches à partir de 1926 et s’implique dans des recherches sur la psychologie du sportif de haute performance. Il collabore dans ce cadre avec le docteur N. F. Kostrov et rédige son premier article « Influence Psycho-physiologique du Ping-Pong (1930) » publié dans Théorie et Pratique de la Culture physique, revue de référence de l’époque.

En 1929, Puni déménage à Saint-Pétersbourg pour entrer à l’Institut de Lesgaft de Culture Physique, spécialisé dans l’étude de l’éducation physique et des sports, réputé pour les formations d’entraîneur. En parallèle des études, il continue de pratiquer dans l’équipe de football de l’Institut. Il écrit également individuellement plusieurs articles dans Théorie et Pratique de la Culture physique, le principal journal scientifique sportif russe. Ses articles sont considérés comme les plus anciens travaux dans le domaine de la psychologie du sport en Russie. Il obtient son doctorat en Pédagogie en 1938 au sein de l’Institut Lesgaft sans défendre de thèse, pendant qu’il poursuit en parallèle une formation de réhabilitation physique (les étudiants de l’Institut pouvaient suivre des cours supplémentaires pour obtenir le diplôme de « metodist po lečebnoi fizkulture » – spécialiste de la réhabilitation).

Rendre légitime la psychologie du sport soviétique

Enseignant ensuite en tant que professeur associé au département de Psychologie, ses travaux portent sur l’application de la psychologie dans le sport de performance. Durant la Seconde Guerre mondiale, il travaille pendant le siège de Leningrad comme capitaine de réserve de service médical dans des hôpitaux, puis regagne l’Institut Lesgaft à la fin de la guerre. Il se replonge dans ses recherches en psychologie du sport, domaine qu’il parvient à ancrer avec ses collègues comme un champ de recherche et d’étude à part entière. En effet, la discipline n’étant pas reconnue par les institutions scientifiques, les psychologues défendent jusqu’en 1968 des thèses en sciences pédagogiques. Le combat de Puni pour la légitimation de la psychologie dans le champ scientifique s’illustre dans les mots d’un de ses doctorant : « Il s’est battu toute sa vie pour l’autorité de cette discipline, même s’il n’avait pas d’atout dans ses mains, n’avait pas la preuve que cette science était nécessaire et nous, psychologues praticiens du sport, étions nécessaires[1] ». En 1946, il impulse la création du département de psychologie du sport au sein de l’Institut, dont il est nommé premier directeur, poste qu’il conserve trente ans. Ses travaux se positionnent dans les courants théoriques de l’école scientifique psychologique de Leningrad de B.G. Ananyeva, mais s’inspirent également  de ceux de O. A. Chernikova et G. M. Gagaeva. Il théorise principalement l’influence de la préparation mentale des athlètes sur leurs performances, les bases psychologiques de l’entraînement volontaire et les questions de psychologie sociale du sport. Le département établit un modèle de développement général et spécialisé des états psychologiques, des propriétés et des qualités psychomotrices de l’activité dans l’éducation physique et différents sports.

L’importance politique des résultats sportifs dans la communauté mondiale dans la décennie 1950 renforce l’intérêt porté par l’administration des sports pour la haute performance.  Les sciences du sport – et donc la psychologie du sport – bénéficiant de financements pour développer des applications liées à la performance, cette période concentre la majorité des travaux de psychologues de l’époque. En 1952, Puni présente sa première thèse intitulée « Psychologie du Sport » et obtient un second doctorat (le premier obtenu sans soutenance).

Ses rapports avec P.A Rudik, un autre pionnier soviétique de la psychologie du sport travaillant au Département de Psychologie de l’Institut Central de Culture Physique de Moscou, sont très concurrentiels, même si l’orientation de leurs recherches est légèrement divergente. Rudik est qualifié de plus « théorique » et s’appuie moins sur la recherche appliquée, ses travaux traitant par exemple du temps de réaction ou du développement des habilités motrices. Leur rivalité, qui scelle les concurrences institutionnelles entre les Instituts de culture de Moscou et Leningrad, a pour immédiate conséquence le fait d’accélérer les avancées dans ce domaine de recherche. En 1962, une section « sport » de la Société Soviétique des Psychologues déjà existante est créée. Puni en prend la direction (après Rudik) des troisième, quatrième et cinquième congrès.

Une reconnaissance internationale, mais une diffusion contenue à l’URSS

Les rares publications en langue étrangère durant son activité restreignent la diffusion de ses connaissances à l’espace scientifique soviétique. Seuls certains articles présentés dans des conférences internationales ou traduits par les instituts nationaux des sports (INSEP en France) rendent ses travaux accessibles à l’étranger. S’il publie plusieurs ouvrages sur ses théories et travaux, très peu d’articles seront traduits et diffusés en dehors des pays européens socialistes. V.A. Rodionov indique qu’à cause de « difficultés de voyages à l’étranger », il n’a pas pu prendre part à des actions scientifiques internationales : invité à Rome au premier congrès de la Société Internationale de Psychologie du Sport (1965) pour représenter l’URSS avec Rudik, il est remplacé par N.A. Khudadov (professeur associé du département de psychologie de l’Institut de Moscou) à la dernière minute pour motif politique. Le manque de confiance de l’URSS semble être justifiée par ses origines italiennes, probablement renforcé par une appartenance à des cercles dissidents (il n’est pas membre du PCUS). Ses travaux étant néanmoins salués par l’URSS, il est décoré de plusieurs distinctions : ordre du drapeau rouge du travail, ordre de l’étoile rouge ou ordre de l’amitié des peuples.

Il reste tout de même un auteur apprécié par la communauté internationale des psychologues du sport. Régulièrement invité à participer à des conférences et congrès, il est élu en 1977 membre honoraire de la Société internationale des psychologues du sport, lors de son IVe congrès mondial à Prague, et nommé membre d’honneur de la FEPSAC en 1984.

Jusqu’à sa disparition en 1986, il continue de travailler comme professeur consultant sur l’étude de la personnalité et de sa formation dans les conditions de l’entraînement physique et du sport, apportant une contribution importante aux psychologies travail, militaire et pédagogique. Il supervise plus qu’une quarantaine de doctorants (parmi lesquels A.D. Ganushkin, G.D. Gorbunov, Y.Y. Kiselyov, YU.L. Khanin, V.A. Rodionov, N.B. Stambulova et R.M. Zagainov) qui constituent la première « vague » de psychologues du sport. En 1992, l’Institut de Lesgaft renommera le département de Psychologie du sport à son nom.

Bibliographie principale

Ouvrages d’Avksenty Puni

A.C . Puni. « To the psychological characteristic of pre-starting condition of an athlete », Theory and Practice of Physical Culture, 7, 1949, pp.519–526.

A.C. Puni. « Essays of Sports Psychology », Psychology and Sport, 1959.

A.C. Puni. « Psychological preparation of athletes for a competition », Psychology and Sport,1969.

A.C. Puni. « Psychological foundations of volitional preparation in sport », GDOIFK, 1977.
A.C. Puni. « Personality issues in sport psychology », Psychology and Sport, 1980.

T.V. Ryba, N.B. Stambulova and C.A.Wrisberg. « The Russian origins of sport psychology : A translation of an early work of A. Tc. Puni », Journal of Applied Sport Psychology, 17, 2005, 157–169, DOI: 10.1080/10413200590932461.

Sources

Rodionov†, S. Serpa, and I. Rodionova « The Development of Russian Sports Psychology in the International Context : from the XIX to the XX Century », Journal of Sport Psychology Vol. 29. n.º2 2020. pp. 139–148.

V.A. Rodionov, « Psychology of sports in Leningrad », Article, Bibliothèque Russe numérique des sports, 2015, (dmj 1 février 2021).

V.B. Pomelov, « A. C. Puni – fondateur de la psychologie du sport », Article, Bibliothèque scientifique régionale d’État de l’ordre d’honneur de K. A. Herzen, 2009, (dmj. 5 fév. 2021).

I.P. Volkov, G.D. Gorbunov , N.B. Stambulova, « Au 100e anniversaire de la naissance de A.T. Puni », Théorie et pratique de la culture physique, 1998, (dmj. 5 fév. 2021).

[1] Zagainov R.M. « Défaite » (essai psychologique) M. : Agence “Presse informatique”. 1993 – 192 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search