Lidia Lesnykh : The integration of the Soviet Union to FISU (International University Sports Federation) from 1959 to 1973: An exception to a rule?

L’intégration de l’URSS à la FISU (1959-1973): une exception à la règle?

Par Lidia Lesnykh

Dès la fin des années 1940, l’URSS entame son intégration dans le sport international « bourgeois », en rejoignant plusieurs fédérations et le Comité international olympique (CIO). Il faut attendre 1959 pour que l’Union soviétique devienne membre de la Fédération internationale du sport universitaire (FISU). Cette affiliation s’opère différemment aux autres fédérations internationales. En fait, six pays du bloc socialiste demandent simultanément l’admission à la FISU. Ils ne tardent pas à afficher l’intention d’instaurer leur influence dans la fédération, en gagnant des places dans le comité exécutif et en organisant des manifestations.

Or, cette affiliation collective représente une exception pour le sport international, car la plupart des pays de l’Est font partie des organisations sportives depuis l’avant-guerre. Cette situation particulière repose sur le fait que la FISU est née dans le contexte de la Guerre froide dans un espace déjà occupé par une autre organisation. C’est l’Union internationale des étudiants (UIE) d’obédience communiste qui organise les Jeux mondiaux universitaires depuis 1947. Alors que le CIO survit aux deux guerres mondiales successives, le mouvement sportif estudiantin n’a pas bénéficié de cette continuité institutionnelle. Les Jeux universitaires qui ont été organisés dans le cadre de la Confédération internationale des étudiants (CIE) de 1923 à 1939, sont repris par l’UIE. Étant une organisation de nature politique, elle instrumentalise le sport dans sa campagne de propagande communiste. L’intérêt de l’URSS pour la domination au sein du sport universitaire international est d’autant plus significatif, que le sport estudiantin et juvénile crée un terrain d’essai pour les athlètes soviétiques dans le sport international.

La politisation du sport provoque le mécontentement des dirigeants des associations sportives universitaires occidentales. Créée en 1949 à Luxembourg, la FISU a pour son but de défendre un modèle sportif apolitique auquel songe particulièrement son président fondateur Paul Schleimer. La FISU qui regroupe plusieurs pays de l’Ouest européen (Italie, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Monaco, Autriche, Suisse, Espagne, Allemagne de l’Ouest) se propose comme un nouveau noyau de coopération sportive universitaire parallèle à l’internationalisme fondé sur les valeurs socialistes. La scission du mouvement sportif universitaire international provoquée par la fondation de la FISU dure une décennie.

En effet, de 1949 à 1959, l’UIE et la FISU met en place des événements concurrents, en hiver et en été de chaque année impaire. Toutefois, ces organisations ne sont pas concurrentes à cause de la différence de leurs activités et leurs buts. Dans le contexte de la politique de la coexistence pacifique khrouchtchévienne, les pays de l’Est s’affilient en bloc à la FISU et participent à la première Universiade – Jeux mondiaux universitaires unifiés, organisés par le Centre universitaire sportif italien (CUSI) à Turin. Alors que leur adhésion mette fin à un système bipolaire dans le sport universitaire international, la réconciliation ne reste que formelle.

L’obtention des positions dirigeantes représente un enjeu particulier pour les nouveaux arrivés. Déjà lors des premières élections tenues lors de l’Assemblée générale de la FISU en août 1959, les associations de la Tchécoslovaquie et de l’URSS occupent deux places au sein du Comité exécutif, dont une du vice-président. En revanche, la Hongrie et la Pologne ne proposent pas de candidats, ce qui prouve qu’il ne faudrait pas considérer les pays de l’Est comme un objet monolithique. La crise dans les relations soviétiques avec Budapest et Varsovie, ainsi que la réaction de l’Ouest se traduisent immédiatement aussi lors du vote pour l’admission. Ces deux pays sont accueillis avec le moins d’abstentions.

Une deuxième piste prise par les pays de l’Est en vue de la diffusion de leur influence est l’organisation des compétitions. Par exemple, Bulgarie gagne le droit d’accueillir la deuxième Universiade à Sofia en été 1961 – une occasion exceptionnelle pour afficher les succès du régime socialiste. Cependant, un premier conflit s’éclate en 1961, quand la question se pose sur l’affiliation de l’Allemagne de l’Est et de la Corée du Nord. La FISU impose la reconnaissance de chaque association nationale sportive universitaire par le Comité national olympique (CNO) des pays concernés comme condition d’admission des nouveaux membres. Puisque les CNO des deux États provisoires ne sont pas reconnus par le CIO, leur admission à la FISU est impossible. En choisissant de suivre la ligne du CIO, la FISU démontre son attachement aux principes du sport occidental, qui est plus favorable à participation de la Corée du Sud et de l’Allemagne de l’Ouest. D’ailleurs, la FISU obtient la reconnaissance officielle du CIO en mai 1961, juste quelques mois avant le départ de son président fondateur Schleimer. Son départ qui a de multiples raisons est en partie lié à l’incapacité de la FISU de se défendre des influences politiques. Il reste à préciser que les États-Unis ne participent pas aux Universiades jusqu’à 1965, ce qui rend à cette guerre froide sportive universitaire un caractère très particulier.

La croissance du pouvoir des pays socialistes au sein de la FISU au cours de la décennie 1960 aboutit à l’organisation de l’Universiade à Moscou en 1973. Le succès de cet événement faisant partie de la campagne olympique pour 1980 permet en effet d’obtenir l’approbation de la candidature soviétique par le CIO en 1974. De 1963 et jusqu’à sa dissolution en 1991, l’URSS a maintenu le poste du premier vice-président de la FISU, mais a ensuite perdu ses positions au sein du Comité exécutif. C’est en 2007 que le Russe Oleg Matytsin est élu assesseur de la FISU avant de gagner la présidence face au Français Claude-Louis Gallien.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search