Article – La supériorité sportive féminine soviétique, un enjeu de guerre froide

Ioana Cirstocea et Françoise Thébaud ont coordonné le numéro spécial de la revue Clio. Femmes, genre, histoire, consacré au “Genre de la Guerre froide”.

Sylvain Dufraisse y a publié un article consacré à “La supériorité sportive féminine soviétique, un enjeu de guerre froide“. https://www.cairn.info/revue-clio-femmes-genre-histoire-2023-1-page-113.htm

Durant la fin des années 1940, les sections de sport et le comité national olympique soviétique intègrent les fédérations et le Comité international olympique, ce qui leur permet de prendre part aux compétitions et à la communauté mondiale des sportifs. Très vite, les championnes d’URSS remportent de francs succès. La participation soviétique y a une double fonction dans la « politique extérieure de l’image » (R. Frank). D’une part, elle donne à voir les succès en matière d’égalité femmes-hommes. D’autre part, elle permet d’obtenir des médailles, essentielles à la mesure de la suprématie soviétique en matière de sport. Cet article étudie la manière dont l’administration et les médias soviétiques ont construit – en pratique et en représentations – la supériorité sportive féminine soviétique en interaction avec l’étranger. Loin d’être isolés, les acteurs du sport soviétique s’adaptent aux règlements internationaux, aux réactions que les performances des athlètes d’URSS suscitent et aux controverses qui surgissent dans la presse de l’adversaire.

In the late 1940s, Soviet sports organizations and the Soviet National Olympic Committee joined the international sports federations and the International Olympic Committee. This allowed Soviet athletes to participate in competitions and to be included in the world sporting community. Soviet women athletes very quickly became prominent, winning many contests. Soviet participation in the Olympics had a double function with regard to its “image-abroad policy” (R. Frank). It was both demonstrating its achievements in terms of gender equality and enabling USSR delegations to win medals that were essential to prove Soviet supremacy in sport. This article aims to understand how the USSR administration and media constructed – both in practice and in representation – the superiority of Soviet sportswomen compared to other nations. Far from being isolated, members of the Soviet sports establishment adapted to international regulations, to the reactions provoked by the performances of USSR athletes, and to the controversies publicized in the media of their international opponents.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sylvain Dufraisse (3 août 2023). Article – La supériorité sportive féminine soviétique, un enjeu de guerre froide. Sportnaouka. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ujgz


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search